Bibliothèques en prisons
Accueil > Nos programmes > Bibliothèques en prisons

Bibliothèques Centres d'Education en prisons

La plupart des personnes en détention sont issus de groupes défavorisés ou marginalisés au niveau éducatif très faible (30% à 40% des détenus ne maîtrisent pas les bases de l'écriture, de la lecture et du calcul) et sans qualification profesionnelle. Des ONG fournissent des services éducatifs et des formations professionnelles mais les opportunités de développement éducatif et de préparation des détenus à leur réinsertion socio-professionnelle restent insuffisantes ou inappropriées.

Atelier alphabétisation Formation réparation motos

Le projet

Dans le cadre de la nouvelle loi sur les prisons promulguée en décembre 2011, en vue de renforcer l’éducation, l’autoformation et la réinsertion des détenus, un vaste projet d’implantation de bibliothèques dans les 26 prisons du pays a été mené de 2012 à 2015 en collaboration avec le Département Général des Prisons (DGP) du Cambodge grâce à un cofinancement de l’Union Européenne et de l'Agence Française du Développement (AFD) et à des fonds privés en 2015.
Des sessions de préparation à la réinsertion sont dispensées aux prisonniers par notre partenaire local Mith Samlanh dans certaines prisons et des manuels d’auto apprentissage sont publiés et distribués aux 26 bibliothèques de prisons.


Les résultats de ce premier projet

  • 26 espaces de lecture en service

  • 52 gardiens bibliothécaires formés et en poste

  • 65 prisonniers formés comme assistants bibliothécaires et en poste

  • 21 000 détenus bénéficiaires de ces services

  • 6000 lecteurs par mois
     

Témoignage de Sovannary, détenue prison de Kampot, élève en classe d’alphabétisation

Alphabétisation femmes en prisons

Je m’appelle Sovannary et j’ai 15 ans. Je suis détenue dans la prison de Kampot depuis 9 mois et il ne me reste plus que 3 mois avant de sortir. A l’extérieur, je vis avec ma maman et mes 6 frères et sœurs. Mon papa a quitté la maison depuis bien longtemps. Je suis allée à l’école primaire jusqu’en niveau 6 mais j’étais souvent absente et je ne sais pas bien lire. Je n’ai pas de vrai métier, je fais juste du ménage chez quelqu’un pour soutenir ma famille. Ce n’est pas bien payé et c’est très fatigant. Je suis très heureuse de retourner en classe ici, de me remettre à apprendre, ça me rappelle les bons souvenirs de mon enfance et cela me donne le courage de continuer des études quand je sortirai si je peux. Et puis, pendant les 2 heures de cours tous les jours, j’oublie que je suis une prisonnière, je me sens comme une fille normale.


Projet en cours

La phase de 3 ans de ce projet visant à renforcer les services des 26 bibliothèques, à mettre en place des classes d’alphabétisation dans 10 prisons auprès de 500 détenus (avec le Ministère de l’Education), des programmes de réinsertion socio professionnelle dans 3 prisons pour 400 jeunes détenus (avec nos deux partenaires locaux Mith Samlanh et Mlop Tapang), des sessions de formation professionnelle dans 4 prisons en direction de 280 détenus (avec le Ministère du Travail et de la Formation Professionnelle) ainsi que la formation des cadres du DGP et des prisons se met en place depuis mars 2016 en cofinancement avec l’AFD.

Fiche SIPAR AFD de présentation du nouveau programme prisons

 

 

Nous contacter

  • FRANCE
  • 16 rue Champ Lagarde
  • 78000 Versailles

  • 33 (0)1 39 02 32 52
Colonne gauche
  • CAMBODGE
  • 9 Rue 334 - BP31
  • Phnom Penh

  • 855 (0)23 212 407
Colonne droite